vendredi 13 septembre 2013

LA MOUSSAKA DE LA PARESSEUSE

Près de chez moi, un jeune couple s'est récemment installé et cultive des légumes sur un terain en conversion bio. Ils travaillent avec des semences KOKOPELLI, et sur des variétés anciennes. Leur petit étal présente de jolis légumes, frais surtout, et la jeune femme, très agréable, donne volontiers des conseils sur la cuisson, l'utilisation des légumes, avec ses recettes personnelles. Elle m'a convaincue sur une variété d'aubergines violette et blanche qui se tient mieux à la cuisson et qu'elle fait simplement sautées à la poêle, avec ail et assaisonnement.

J'ai donc cuit à l'étouffée mes dés d'aubergines, sans gras dans un premier temps, pendant une bonne dizaine de minutes, dans une casserole à fond très épais dont je n'ai jamais regretté l'achat (longuement réfléchi vu le prix !) depuis 16 ans.

Mais celà ne convenait pas à mes papilles, le goût de l'aubergine mérite vraiment d'être relevé. Et même avec un peu d'ail et d'huile d'olive, le plat ne donnait pas envie...J'ai donc transformé l'essai en moussaka rapido-illico, à IG bas bien sûr, et très digeste.

La quantité a donné un plat pour 4 personnes.


Comment faire ?
  • 3 aubergines coupées en dés et cuites à la vapeur
  • 50 cl de sauce tomate
  • 200g de veau haché cuit
  • 200 g de boeuf haché cuit
  • 1 pot de crème de soja
  • 100 g soit 1 sachet de mozarella râpée ou gruyère ou comté râpé
  • 1 gros oignon
  • 2 gousses d'ail ou plus si vous aimez
  • Huile d'olive
  • Sel , beaucoup de poivre (à votre goût!)
  • un peu de coriande en poudre
Faire revenir les aubergines vapeur coupées en dés, dans une sauteuse avec un peu d'huile d'olive.
Réserver.
Couper l'oignon finement et le cuire dans l'huile d'olive de la sauteuse. Dès qu'ils sont transparents, ajouter l'ail coupé finement.

Ajouter les viandes hachées bien émiettées et mélanger bien.
Ajouter la sauce tomate (maison ou en boite).
Ajouter la crème de soja.
Assaisonner à ce moment.
bien mélanger.

Enfin, ajouter les dés d'aubergines et mélanger délicatement. Rectifier l'assaisonnement.

Mettre dans un plat à gratin, recouvrir de mozarella râpée ou gruyère ou comté râpé et cuire 15 mns au four.

Servir aussitôt.

J'ai fait 2 plats, dans l'un des plats, j'ai mélangé la mozarrella râpée avec l'appareil et en ai mis à peine dessus pour gratiner.
Les deux versions étaient excellentes !

lundi 9 septembre 2013

PAIN MAISON A L ORGE MONDE, AU LEVAIN NATUREL

J'ai toujours été admirative de toutes les étapes nécessaires à la transformation qui s'opère pour qu'un simple grain planté en terre devienne ce magnifique pain, riche en nutriments, si complémentaire à notre corps. Qui plus est avec un levain naturel, lui même né de transformations en cascade.
 

Le levain naturel m'a vraiment surprise lors de son utilisation ! La texture de la pâte est totalement différente, souple sous les doigts, et le pétrissage n'a pas besoin de durer et durer encore ; le levain travaille quasiment seul. Il apporte une richesse nutritionnelle et un goût incomparable !

C'est pour moi comme un travail alchimique : sa réussite dépend de conditions extérieures favorables mais aussi de conditions intérieures nécessaires. Jusqu'à présent, je le ratais consciencieusement, jusqu'à....


Cette recette de Mistral du Blog de Gilda, je l'ai ENFIN réussie ! J'ai fait mon levain à l'orge mondé, profitant de la chaleur aoûtienne, comme le conseillait Henri, du site opain.com, personnage haut en couleurs, et amoureux inconditionnel du pain et de sa magie.

Comme je suis fachée avec les chiffres (même à l'école c'était une langue totalement étrangère pour moi), j'ai mis un peu plus de levain que Mistral, et n'ai pas compris les pourcentages d'hydratation. Un grand point d'interrogation pour moi que ces pourcentages....
Mais comme vous pouvez le constater, le résultat est concluant. Mes remerciements sincères à Mistral et Henri !
Mon pain aurait mérité de cuire 10 mns de plus, mais il avait une belle croûte, une mie dense et aérée à la fois, et un goût particulier dû à la farine d'orge mondé, mais néanmoins très bon !

 
"Quoi que tu rêves d'entreprendre, commence-le.
L'audace a du génie, du pouvoir, de la magie."
Johann Wolfgang von Goethe

samedi 7 septembre 2013

RILLETTES DE MAQUEREAUX, RAPIDE ET DELICIEUX !

Le maquereau et moi, c'est une vieille histoire... Notre rencontre m'a valu une nuit aux urgences et une prudence à son égard depuis des dizaines d'années !

Pourquoi donc me direz vous ? A la fin de nos vacances méditerranéennes, mon petit père, pêcheur en mer de métier, m'avait offert le jour de notre départ quelques magnifiques maquereaux fraîchement péchés. 
J'avais 20 ans, (si, si c'est important !) et nous sommes rentrés à Lyon (4 heures de route en fin d'été...) avec les maquereaux dans un panier et un petit bloc de glace riquiqui. Bien sûr, dès notre arrivée, je les ai mis au frigo.
Deux jours plus tard, (et oui, l'inconscience de la jeunesse), je les ai cuits. Mon compagnon en a mangé à midi, pas moi, je n'avais pas assez faim. En revanche, le soir, j'en ai mangé un... Une heure plus tard, les ennuis ont commencé. Pour moi bien sûr, parce que pour ma moitié de l'époque, tout s'est très bien passé.
Au fil des minutes, je suis passée du tendre incarnat au rouge vif sur l'ensemble du corps, et j'ai fini aux urgences pour un empoisonnement avec urticaire géant. 

Je crois que cette nuit là, j'ai rencontré l'ensemble des (jeunes !) internes présents à l'hôpital Grange Blanche qui ont défilé (certains même sont revenus) pour admirer ma plastique colorée...
Bref, vous imaginez qu'après ça, entre le maquereau et moi, la rupture était consommée.

C'est donc avec la plus grande circonspection que j'abordais cette recette trouvée dans "Bretons en cuisine", et revue un peu à la baisse au niveau des calories. Bien m'en a pris ! Depuis, à défaut d'un rouge passion, nous sommes au moins réconciliés......

Comment faire ?
  • 150 g de fromage frais (Les Bretons préconisent du Madame Loïk, mais ça marche même avec du gervais 0%)
  • 1 boite de maquereaux au naturel
  • 1 càs de moutarde (la moutarde au poivre vert est très bien aussi)
  • 2 petites échalotes
  • 1 càs de poivre vert (ça relève bien)
  • 1/2 jus de citron
  • 1/2 bouquet de ciboulette
  • Pour ceux qui ne comptent pas les calories, les Bretons mettent 30 g de beurre, je ne les ai pas mis, c'était très bien quand même.
Egoutter les maquereaux et les émietter à la fourchette. Hacher fin les échalotes, ajouter la ciboulette ciselée.


Mélanger intimement le fromage frais, la moutarde, le poivre vert, le citron, les échalotes et la ciboulette.
Puis ajouter le maquereau émietté. 

Laisser poser 30 mns ou plus au frais et déguster !  Peut se faire la veille.


Vous pouvez déguster ces rillettes avec un pain maison à l'orge mondé et entièrement au levain, dont je vous parlerai dans un prochain post. 
Enfin réussi !

mardi 16 juillet 2013

FINGERS,STICKCAKES,VERSION SUCREE CETTE FOIS, MIEUX QU'UN MUG CAKE !

Je ne compte plus les moules, spatules et ingrédients rentrant dans ma cuisine, qui, certains jours, se transforme en véritable laboratoire où personne, sauf moi, n'a le droit de mettre les pieds !

Ce moule là, je l'ai testé ICI en version salée, avec des bâtonnets ou fingers ou stickcakes, (c'est les noms donnés par les divers testeurs). Lekué a donné le nom de Fingers-sticks, à son moule.

Ici, j'ai fait la version au four à chaleur tournante, j'ai obtenu ainsi un biscuit moelleux, mais pour un résultat plus sec et sablé, optez pour la cuisson au micro-ondes pour 5 mns.
à IG bas toujours et réalisable en très peu de temps.
Comment faire la pâte de base ?
(pour 2 fournées environ)
  • 80g de poudre d'amandes
  • 20g de farine d'orge mondée
  • 1/2 sachet de levure chimique
  • 1 oeuf + 1 jaune
  • 50g de yaourt de soja ou autre
  • 2 càs de sirop d'agave
  • 30g d'huile d'olive ou autre
Mélanger le sec ensemble, puis ajouter l'humide. Mélanger rapidement.
Mettre dans un sac congélation ou une poche à douille et remplir le moule.

Cuire environ 15 mns au four à 200°, surveiller le temps de cuisson, les fours sont différents.

Plusieurs options pour varier les plaisirs :
  • 2 cas de petites brisures de framboises ou de noix ou de figues
  • 1càs de poudre de cacao non sucrée ou
  • quelques râpures de zestes de citron ou d'orange
J'ai trempé la moitié des fingers dans du chocolat fondu, je n'avais pas de Nutignac...

Tout est possible !

samedi 13 juillet 2013

FINGERS SALES AU CHORIZO, RAPIDE QUASI COMME UN MUG CAKE

"Aime, et ce que tu veux, fais-le !"
 "Aime, et ce que tu veux, fais-le !"
Ainsi disait St Augustin, ainsi fut fait....La recette qui accompagnait le moule à finger sticks ici ne m'ayant pas totalement satisfaite, j'en ai créée une autre. Non mais !!!

Ces fingers sont un réel petit plaisir salé, déclinable à volonté !
Un moule adapté, 5 mns de préparation, 5 mns au micro-ondes, et voilà des sablés apéritifs, comme des vrais mais à IG bas.

Si vous souhaitez un résultat sablé, optez pour la cuisson au micro-ondes pour 5 mns, ma version préférée.
Pour une pâte à biscuit, plus moelleuse, choisissez le four traditionnel pour 15 mns, dans le même moule.

Comment faire ? Pour 3 fournées (possible de séparer la pâte en 3 pour faire 3 goûts différents)
  • 2 oeufs + 1 jaune
  • 1 yaourt , pour moi de chèvre mais ça marche aussi avec du soja
  • 60g d'huile d'olive ou plus neutre si vous préférez (soit 20g par fournée)
  • 1 pincée de sel
  •  un peu de poivre
  • 150g de farine d'orge mondée
  • 1/2 sachet de levure
  • 100g de comté rapé ou emmental
  • 50g de chorizo doux coupé en tous petits cubes
OPTIONS :
  • Olives, noix, miettes de fromage, de tomates séchées, des poudres d'herbes comme le thym ou de romarin, etc....
Dans un saladier, mélanger les oeufs, le yaourt, le sel, le poivre et l'huile.

Ajouter la farine mélangée avec la levure. Mélanger bien.

Ajouter le comté rapé et le chorizo et mélanger rapidement.

Pour me simplifier, j'ai mis la pâte dans un sac de congélation et coupé l'angle du bout du sac. Si vous avez une poche à douille, c'est le moment de vous en servir.

Remplir les lignes du moules. Taper le moule sur la table pour éviter les bulles d'air dans la pâte.

Cuire 5mns au micro-ondes à pleine puissance ou 15 mns au four à 200°.

Dégustez chaud, tiède ou froid ! Tout disparait !

vendredi 28 juin 2013

GAUFRES SALES AU BRUCCIU, OU COMMENT UTILISER DES RESTES

En faisant les Storzapretis, je pensais pouvoir utiliser le reste de ma préparation le lendemain. Mais la mystérieuse chimie des aliments a décidé pour moi : les quenelles, magnifiques le jour J, se sont délitées dans le bouillon le lendemain...

Il n'empêche que ma préparation était excellente et qu'il était hors de question de la jeter ! J'ai fait des spaghettis Montignac et en ai utilisé un partie avec un peu de crème de soja, en guise de sauce d'accompagnement, c'était très bon !

Mais que faire avec le reste ?

En rajoutant des oeufs et de la farine, les Storzapretis se sont transformés en gaufres...vertes pour cause d'épinards contenus dans la préparation.

Au goût, c'était bien. A améliorer certes, mais tout a disparu très vite, c'est un signe !

 
COMMENT FAIRE :
 
  • Un reste de preparation à Storzapretis ici
  • 3 oeufs + 1 jaune
  • + ou - 25 cl de lait de soja
  • 100g de farine d'orge mondée
  • 1 cc de levure chimique
  • Sel, poivre
Option : Fromage frais ciboulette ou ail et fines herbes.
 
Dans un blender, mixer les oeufs, la moitié du lait.
Ajouter la préparation Storzapretis, puis la farine et la levure, et terminer avec le reste du lait de soja.
 
La pate doit être un peu épaisse et sans grumeaux, comme une pate à gaufres classique.
 
Laisser reposer au moins 1heure;
 
Je les ai mises dans des moules à gaufres en silicone, au four, à 190° durant 20 minutes.
 
La prochaine fois, j'aouterai une poignée de fromage râpé, je sais, ça fait beaucoup de fromage, mais le moelleux est au rendez vous.
 
Avec quelques tomates, de l'ail confit et un oignon frais, ce fut un déjeuner au soleil.... 
 

jeudi 27 juin 2013

DANS LA SERIE DES CLAFOUTIS, UN SALE, D'ERIC FRECHON, VERSION IG BAS TOUJOURS

Le dernier livre d'Eric Frechon : "Clafoutis" est entré dans ma cuisine grâce à La passion de Mimi, blog que m'a fait découvrir Carmencita au travers de ses réalisations quotidiennes !

Dans ce livre, on y trouve des clafoutis en version sucrée et salée, simples et alléchants.

J'aime bien la cuisine de ce chef, enfin celle qu'il propose aux cuisinières car je n'ai, malheureusement, jamais mis les pieds au Bristol...
J'ai fait et refait sa soupe glacée de concombre, et je m'aperçois que je ne l'ai jamais mise sur le blog, cela ne va pas tarder, promis !

Comme j'aime bien les quiches lorraines, voir la quiche Rita-Lauren, j'ai donc testé le clafoutis lorrain, en l'adaptant à IG Bas. Malgré tout ce que j'ai enlevé, il s'est révélé.... Délicieux ! d'une belle finesse et, comment dit on déjà ? Ah oui ! Gourmand !

Ma petite Manue, Régis Marcon n'en laisserait pas une miette !

 
Comment faire ?

  • 2 oeufs entiers plus 2 jaunes
  • 25 cl de lait de soja
  • 25 cl de crème de soja
  • 20g de farine d'orge mondée
  • Sel, poivre, muscade
  • 200 de dés de lardons
  • 200g de Comté râpé ou gruyère (je testerai une autre fois avec de la mozarella rapée)
      
Faire revenir les lardons à sec, environ 3 minutes à la poêle, en remuant régulièrement.
 
Battre les oeufs entiers, les jaunes, puis le lait et la crème, mélanger puis incorporer la farine et l'assaisonnement.  Il ne doit pas y avoir de grumeaux.
 
Mettre les lardons au fond du moule huilé au pinceau, parsemer 150g de comté râpé par dessus puis verser l'appareil.
 
Terminer en parsemant le reste du comté. 
 
Cuire à four prechauffé à 190° environ 40 mns  selon votre four, Eric Frechon préconise 35 mns à 180° mais ça n'a pas suffit pas avec le mien. 
 
Se mange chaud ou tiède.
Froid, c'est possible aussi mais le fromage, plus gras, est moins agréable sur les papilles....